Migraine, beauté, Diane 35 et Androcur

migraine-headacheJe vais vous parler d’un problème très personnel, dont je n’aime pas forcément parler puisqu’il est souvent mal interprété et jugé : « ahah les migraines c’est la bonne excuse des filles » – « t’as une migraine tu veux un Doliprane ? » – « ah t’as encore la migraine, comme d’hab en fait ». Entendre ça est agaçant et blessant, parce que ce mal est sous-estimé.

Vous avez peut être remarqué que je suis peu présente depuis quelques semaines, ce n’est pas par manque de motivation, ni même par manque de temps pour une fois. Mon absence vient plutôt de mes crises de migraines de plus en plus fortes et de plus en plus fréquentes. Je passe donc mes samedis, dimanches, et quelques autres jours de la semaine, allongée, dans le noir, à pleurer, vomir, serrer les dents.

Il faut savoir que je fais des migraines depuis que j’ai 12 ans. Chaque vendredi, je décompressais et me tapais une belle crise. J’ai donc testé des tas de traitements de fond, avalé des kilos de cachets en cas de crise. Mais au fil des années, j’ai dû augmenter les doses, au point de passer aux piqûres de morphine depuis presque 5 ans maintenant.

Et puis bien sûr avec l’adolescence, l’acné et les hormones, ma gynéco m’a proposé de passer à Diane 35. Pas forcément la meilleure des idées quand on est migraineux… Quand Diane 35 a été supprimé, elle m’a mise sous Androcur. Pas longtemps parce que Diane 35 est revenu. Sauf qu’en allant consulter un spécialiste des migraines, ce médecin bien informé m’a prescrit de nouveau Androcur en m’assurant que comme cela jouait sur mes hormones, j’aurais moins de migraines. En lisant les effets secondaires, j’ai découvert que ce médicament était surtout connu pour provoquer des céphalées. Bien documenté le docteur hein ?!

J’ai commencé à faire le rapprochement entre Androcur et mes migraines rapprochées et accentuées. Et puis il y a eu cette crise au travail, alors que normalement je suis chez moi la nuit, pendant laquelle mes collègues m’ont vue faible, je me suis sentie humiliée. Il faut dire que crier de douleur, vomir, s’évanouir et pleurer, on a déjà vu une nana plus en forme ! Et puis, si vous êtes migraineuse, vous savez certainement qu’avec ce genre de crise, viennent les pulsions suicidaires pour enfin arrêter d’être un boulet pour son entourage et ne plus jamais avoir mal de sa vie. Mon envie d’en finir a été bien plus forte à ce moment là. C’est pour cela que cet événement a été le déclencheur. J’ai jeté tous mes médicaments, de rage, parce que j’ai réalisé que je m’empoisonnais pour RIEN ! Aucun résultat. Le médecin urgentiste m’a dit qu’à ce rythme là, dans 2 ans je risquais un AVC.

J’ai toujours fait confiance aux nombreux médecins et spécialistes, eux qui ont fait des études et prêté serment pour soigner les malades au mieux. Je me suis rendu compte qu’aucun n’était capable de savoir de quoi il parlait. Je me dis que j’ai eu confiance et pourtant ils ne m’ont pas aidée à guérir alors pourquoi ne pas tester une médecine parallèle comme l’acupuncture.

J’attaque donc un sevrage, accompagnée d’un médecin acupuncteur. J’arrête la codéine (Prontalgine, Migralgine) au quotidien, les triptans (Zomig, Naramig…) en cas de crise, le traitement de fond pour faire baisser la tension (Propranolol, Laroxyl…). En parallèle, comme je n’ai pas envie d’avoir une poussée d’acné de folie en arrêtant Androcur, je vais tenter de soigner ma peau par les plantes. Quand j’étais plus jeune, avant de prendre Diane 35, je prenais un mélange de bardane et d’orties mais c’était très efficace.  Je sais que je ne vais pas avoir une peau superbe et je risque de passer par des étapes pas très glamour. Ça me fait peur puisque quand on tient un blog beauté, on a toujours envie d’être au top sur les photos. La beauté oui, mais à quel prix ?

Les filles, ou les mecs, quand vos ami(e)s vous disent qu’ils ont une migraine, ne prenez pas ça à la rigolade, c’est un vrai handicap social, qui nous gâche de beaux moments. On passe à côté de jolis souvenirs en famille ou entre amis. On ne le fait pas exprès, et on est désolé de vous gâcher la vie, d’être votre boulet…

J’espère que cet article aura permis à certaines de trouver des réponses, et surtout j’espère que la suite de mon aventure de sevrage sera positive et vous donnera envie de vous faire aider.

francais english
I am going to talk about something personnal today. I don’t like to talk about it too much since it is often misinterpreted and people are judgemental : « migraines are a girl’s best excuse! » – « you have a migraine, do you want an Advil? » – « oh another migraine, as usual ». Hearing this is upsetting and hurtful since this disease is underrated.

You might have noticed that I am a little MIA at the moment. It’s not because I don’t want to, neither because I don’t have time. It’s only because of my migraines which are more and more frequent and ever stronger. So I spend most of my weekends and even some days in my bedroom in the dark, crying, throwing up, gritting my teeth.

You have to know that I suffer from migraine since I am 12 years old. Every single Friday night I had one that doctors like to call « letting off steam ». I tried a lot of background treatment, I swallowed pounds of pills when in crisis. But as the years went by I had to take more and more pills and now only morphine can help.

And then, when I was a teenager I had acne so my OBGYN prescribed Yaz. Then it was taken off the market in France, so she gave me Androcur. When Yaz came back on the market I was back to it. Except that I had an appointment with a migraine specialist he said that I should definitely assuring that it acted on the hormones so I would have fewer migraines. I went for it. When I read the side effects, I realised that in fact, it’s known for causing strong headaches.

I started to connect the dots between my more frequent and stronger migraines. And then, there was this crisis at work whereas it usually happens at night at home. My colleagues saw how weak I was, I felt humiliated. I was screaming, throwing up, crying and I even fainted, I gotta say I had seen better days! If some of you suffer from migraines, you know that they are accompagnied by suicidal urges. You don’t want to be a burden for my friends and family and you don’t want to suffer anymore so it seems to be the only solution. And I had never felt that I wanted to die that much before. That’s why this event was a trigger. The ER doctor told me that if I kept up taking so many drugs, I would have a stroke in 2 years.

I had always trusted the numerous docteurs and specialists that I went to. It’s their job after all. But then I realised that noboby know what they are talking about. I trusted them, and yet they did not help me. So why not try something else as acupuncture?!

I am starting a « progressive withdrawal », I am helped but a doctor who also happens to be an acupuncturist. I quit codeine on a daily basis, triptans when I have a crisis, my background treatment. Simulteanously, as I don’t want to have a massive break out attack, I will try to treat myself with plants. When I was younger, burdock and nettle used to work really well. I know that my skin will not be perfect and I am kinda scared because you always want to look your best when you have a beauty blog. But what if the price for beauty is way to high to pay.

Guys, if your friends suffer from migraines, please don’t laugh. This is a real handicap for our social life. We miss so many amazing memories because we have to stay in bed. We don’t do it on purpose, we are sorry we are ruining your life…

I hope this blog post will help you find some answers. If you are interested in the rest of my story as it goes, please feel free to tell me in the comments.

Beauty Lifestyle Fashion